Quand service public rime avec péril...

L'herbe est-elle plus verte ailleurs dans le vaste monde ?

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede pyreneesgascogne » Sam 14 Nov 2009 08:59

Pierre a écrit:
pyreneesgascogne a écrit:Je pense de mon côté qu'une prise de risque est toujours inutile...

Plus ou moins quand même suivant le but poursuivi.

Bien sûr, c'est évident Pierre.

Je te donne quelques exemples :

Nous allons Axelle et moi régulièrement en Egypte, notre hôtel est situé au bord de la mer rouge et aux portes du désert.
Tous les matins à 7h nous sommes sur le pont et partons seules nous balader dans le désert pendant 5, 6, 7h (ça dépend de la saison)
Rien que là, certains diront que c'est prendre un risque inutile...
Un jour nous avons vu 2 belles vipères cornues entrelacées dans un terrier, pour info ces vipères sont réputées très venimeuses et particulièrement rapides...
Je me suis approchée du terrier, me suis accroupie à seulement 50cm d'elles pour les prendre en photo.
Là aussi on pourrait parler de risque inutile....
Aux Maldives, dans le lagon, je me suis retrouvée à quelques cm d'une raie torpille d'1m50 de diamètre (j'ai eu la trouille de ma vie d'ailleurs, c'était vraiment impressionnant), si elle m'avait touchée je l'aurais senti passer, c'est sûr. :o
Encore un risque inutile...
Les médecins qui me suivent me disent souvent que si je ne veux pas aggraver le processus il serait bon que je m'abstienne de faire toute forme de sport, sauf un d'entre-eux !
Celui-là comprend mon envie de me surpasser, de pouvoir dire, j'en ai bavé mais je l'ai fait !!!
Tandis que les autres pensent que c'est prendre un risque inutile...


Ce que je veux dire c'est que chaque passionné prend un risque (même minime), et peu importe le sport !
que ce soit la voile, partir en solitaire, l'aviation, l'alpinisme, le ski de rando, le surf de pentes raides etc... etc...
Il y aura toujours quelqu'un pour penser que c'est être inconscient, prendre un risque inutile...
La limite entre les deux est parfois ténue...
Et tout compte fait, à bien y réfléchir, cette appréciation dépend essentiellement du côté où on se place.

Je pense à ce petit gars qui est mort déshydraté sur le Paris/Dakar et dont la famille demande à l'organisation de
rendre des comptes, car il semblerait que les secours sont arrivés trop tard.
Si on suit le raisonnement de John Underwood, là aussi on pourrait penser que ce jeune motard a pris des risques inutiles
et qu'après tout l'organisation n'a aucune responsabilité, il n'avait qu'à pas se lancer dans une telle aventure...
On peut aller loin comme ça tu ne crois pas?
pyreneesgascogne
jeune chien fou
 
Messages: 54
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:55

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede jerlau » Sam 14 Nov 2009 09:22

La Saga "Pourtalet" s'est révélée un succès ! En fait elle a réuni autour d'un fait mineur tout ce qui fait le sel et le malheur de notre société : l'usager / client, l'homme du terrain, le ponte sur son fauteuil, le politque au pouvoir, copain du ponte.

Et on mesure là tout le fossé qu'il y a entre les 2 couples : usager/homme du terrain d'une part et ponte/politique d'autre part. Il y a une vraie cassure dans notre société. On la voit lors des grèves, lors des accidents dus aux malfaçons....., lors des crises, producteurs contre finance.

Pourquoi ? Qu'en pensez vous ? Les réponses sont multiples. Pour ma part j'y voie l'ampleur pris par le faux travail, celui qui n'apporte rien. Le ponte dans son bureau qui a le pouvoir et qui ne voit pas. D'où l'inertie. N'est-ce pas Adoum ? Le faux travail produit l'inertie, ce qui produit les frustations. On vitde plus en plus dans la pauvreté et les "pontes" lmitent le travail. Le fossé se creuse encore.

De plus le faux travail coûte bien plus cher que le vrai. Mettez à zéro le salaire de l'ouvrier, le prix de vente ne change pas. Je crois que c'est tout cela qu'on voit réappartaître dans ces saynettes du Pourtalet.
jerlau
Admin / Modo
 
Messages: 1633
Inscription: Jeu 3 Avr 2008 15:56

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede Autochtone palois » Sam 14 Nov 2009 09:27

jerlau a écrit: De plus le faux travail coûte bien plus cher que le vrai. Mettez à zéro le salaire de l'ouvrier, le prix de vente ne change pas. Je crois que c'est tout cela qu'on voit réapparaître dans ces saynettes du Pourtalet.

C'est un raccourci fulgurant ! Mais, si on a suivi le débat, on peut comprendre.
Autochtone palois
Admin / Modo
 
Messages: 1186
Inscription: Jeu 3 Avr 2008 18:51

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede pyreneesgascogne » Sam 14 Nov 2009 10:06

Eh oui Jerlau !

Ce fait mineur (c'est vrai) du Pourtalet, met en évidence certains dysfonctionnements qui sont finalement le reflet de
la France dans son ensemble.

Hier un montagnard me disait que s'il se trouvait en difficulté,
son premier réflexe aurait été de contacter la gendarmerie, puisque basée à Laruns, juste en bas de la vallée....
Seulement voilà, des "pontes" qui n'ont aucune idée de ce qui peut bien se passer hors de leurs bureaux,
ont décidé que cette tache incomberait au Conseil Général...

Le Conseil Général étant basé à Pau, et ne connaissant pas plus le terrain, ont créé la (DAEE)
Direction de l'Aménagement, de l'Equipement et de l'Environnement pour gérer cela.
A savoir que la DAEE a elle-même créé un Pôle (PESOA) Programmation, Exploitation, sécurité, ouvrages d'Art...
Mais là, j'avoue ne pas avoir encore bien compris quel était son rôle?
La DAEE qui n'a pas les moyens financiers (ou la volonté?) de faire ce qu'il faut, demande alors à la (DDE)
Direction Départementale de l'Equipement de lui dépêcher des équipes pour la saison (voir le lien posté hier).
Mais comme ceux qui travaillent au (CG) Conseil Général et à la DAEE sont basés à Pau, ils leur faut un certain
temps pour se rendre compte qu'il a neigé en montagne et qu'il faut se bouger pour que les usagers puissent emprunter
les routes en totale sécurité.
C'est donc quand il déjà trop tard que la DAEE et/ou PESOA demande à la DDE d'intervenir... CQFD

Toutes ces administrations qui multiplient les contacts font que l'usagers ne sait finalement plus qui contacter,
les uns renvoyant la balle aux autres. Seulement la balle c'est l'usager !

En plus je viens de trouver ça (donc si ça se trouve, tout ce petit monde n'est même pas chapeauter à ce jour)
http://www.lemoniteur-emploi.com/jobSea ... erId/52830

C'est beau le service public hein? :D :D :D
pyreneesgascogne
jeune chien fou
 
Messages: 54
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:55

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede jerlau » Sam 14 Nov 2009 11:06

Qd vous partez en montagne, PG, dans la zone de la DDE, n'oubliez pas d'emporter un petit "Ivan Illich", celui qui démontrait qu'on va plus vite à pied qu'en voiture. Cela fera plaisir au cycliste John.

Pour ceux qui connaissent pas Ivan démontrait cela en incorporant au prix de la voiture tous les coûts de ceux qui travaillaient pour la voiture, y compris les coûts de ceux qui fabriquaient les képis de gendarmes, et au total il décrouvrait qu'il fallait travailler des milliers d'heures pour avoir le plaisir de faire 20 000 km par an en voiture et qu'à raison de 4 ou 5 000 heures, cela faisait qu'on avait largement le temps d'y aller à pied.

C'est le livre de chevet que devrait donner la DDE à chaque conducteur qui songe à aller au Pourtalet en voiture avec chaine ou sans.

Bientôt on aura des voitures à roue à penumatiques de lustrine. Cela réveillera le cher IVAN qui nous démontrera alors que MLC va plus vite en s'arrêtant qu'en accélérant, ce qui accélèrera la rage d'ADOUM. Allez, allons tous dormir à la DDE !
jerlau
Admin / Modo
 
Messages: 1633
Inscription: Jeu 3 Avr 2008 15:56

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede pyreneesgascogne » Sam 14 Nov 2009 12:35

jerlau a écrit: Bientôt on aura des voitures à roue à penumatiques de lustrine. Cela réveillera le cher IVAN qui nous démontrera alors que MLC va plus vite en s'arrêtant qu'en accélérant, ce qui accélèrera la rage d'ADOUM. Allez, allons tous dormir à la DDE !


Merci Jerlau, j'ai bien ri :lol:
et tout en apprenant qq chose....
Je comprends mieux maintenant l'immobilisme et l'inertie, en réalité ça fait avancer les choses en coûtant moins !
pyreneesgascogne
jeune chien fou
 
Messages: 54
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:55

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede Oscar » Sam 14 Nov 2009 14:27

Je ne peux m 'empêcher en relisant ces échanges parfois musclés d'y voir l 'affrontement entre deux cultures toutes parfaitement de bonne foi.

*Celle des anglo-saxons, où chacun et d'abord responsable de ses actes et ne peut véritablement compter sur la collectivité pour le sortir d'un mauvais pas, que si sa vie est en danger et encore.... C'est le monde de l 'entrepreneur et de la prise de risques assumée.

*Le notre ensuite ou l 'assistance est un dû, un droit. C'est le monde des fonctionnaires et des services publics le pré carré d'une bureaucratie omniprésente. Un monde Kafkaïen, quand l 'organisation administrative supposée régler les mécanismes d'intervention, vient en anéantir l 'efficacité. En d'autres termes, la modernisation de l 'administration, sa régionalisation, sa prise en compte non plus d'un usager mais d'un client désormais plus "proche" est un leurre absolu. Ce n 'est pas seulement une question de pontes ou de chefs. C'est structurel.
Oscar
 

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede pyreneesgascogne » Sam 14 Nov 2009 15:48

Oscar a écrit:Je ne peux m 'empêcher en relisant ces échanges parfois musclés d'y voir l 'affrontement entre deux cultures toutes parfaitement de bonne foi.
*Celle des anglo-saxons, où chacun et d'abord responsable de ses actes et ne peut véritablement compter sur la collectivité pour le sortir d'un mauvais pas, que si sa vie est en danger et encore.... C'est le monde de l 'entrepreneur et de la prise de risques assumée.
Un monde Kafkaïen, quand l 'organisation administrative supposée régler les mécanismes d'intervention, vient en anéantir l 'efficacité.
Ce n 'est pas seulement une question de pontes ou de chefs. C'est structurel.


Ton analyse est plutôt bonne et c'est vrai que je n'avais pas tenu compte de la différence de culture entre John et moi.
Pourtant, elle m'a sauté au yeux quand on était là-haut, notamment sur la SOLIDARITE...

Pour exemple, le gars qui nous a pris en stop, il était franchement sympathique et tout particulièrement serviable.
Il l'a été avec nous et avec les autres, sans chercher à se faire remercier, simplement, par pure gentillesse...
C'est le seul qui soit sorti de sa voiture pour pousser un 4x4 embourbé, puis plus tard la voiture où il y avait les mômes.
(Alors que le gars dans le 4x4 qui venait d'être aidé n'a pas bougé d'un iota !) :mrgreen:

Côté espagnol, TOUS, je dis bien tous, se sont montré solidaires avec nous...
Ils nous ont fait du feu, ont partagé leur repas et ont même proposé leur mobile pour qu'on puisse appeler des secours en France.
Peut-être une question de culture, en effet mais je n'en suis pas certaine...
Il me semble que dans d'autres temps le français été réputé pour être ronchon certes mais accueillant,
surtout si des circonstances exceptionnelles faisaient que.
Qu'est-ce qui a bien pu changer autant notre état d'esprit, pourquoi sommes nous devenus si individualistes, si peu enclin
à aider notre prochain sans rien attendre en retour ?

Sur le sujet des administrations c'est très bien vu également.
Et ça me fait un peu penser à : Qui à fait l'oeuf, qui a fait la poule?
Est-ce les chefs ou pontes qui par leur immobilisme, le refus de prendre une décision font que la structure est pourrie
ou est-ce la structure, qui mal pensée, mal gérée etc, fait que les personnes qui y travaillent ne veulent pas se mouiller?

Cotcotcot cocorico
pyreneesgascogne
jeune chien fou
 
Messages: 54
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:55

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede Oscar » Sam 14 Nov 2009 19:34

"Qu'est-ce qui a bien pu changer autant notre état d'esprit, pourquoi sommes nous devenus si individualistes, si peu enclin
à aider notre prochain sans rien attendre en retour ?"

Et bien, il me semble justement que c'est parce que nous attendons tout de l 'état, de son administration, des Assedic et de la Secu pour nous-mêmes et les autres, qu' il nous parait désormais inutile de nous entr'aider comme le faisaient nos parents.
Nous sommes en république du yaka.. faut qu'ils...
Les "ils" en question ont leurs 35h, leurs RTT et leurs droits à défendre. Pour ce qui concerne leurs devoirs, retour à la case individu. Il y a ceux qui en ont et les autres.

PS: j 'ai un catcat* et je me serais sûrement arrêté pour vous tirer de là :oops: :D

* je vais encore me faire remarquer
Oscar
 

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede pyreneesgascogne » Sam 14 Nov 2009 22:26

Oscar a écrit:Et bien, il me semble justement que c'est parce que nous attendons tout de l 'état

Aie, aie, aie, je suis embêtée...
Si j'abonde dans ton sens je me mets une balle dans le pied, car tout compte fait, dans le cas de ce topic,
on pourrait dire que si je n'attendais pas tout de la DDE, j'en attendais beaucoup quand même.
Or c'est un organisme de l'État....
Oscar a écrit:Nous sommes en république du yaka.. faut qu'ils...

Ouais, ça c'est sûr ! Auxquels viennent s'ajouter les faut qu'on, et les y a qu'à pas ;)
Oscar a écrit:Les "ils" en question ont leurs 35h, leurs RTT et leurs droits à défendre. Pour ce qui concerne leurs devoirs, retour à la case individu. Il y a ceux qui en ont et les autres.

Je fais sans nul doute partie des autres ! J'ai commencé à travailler très jeune (je ne vais pas vous faire Cosette n'ayez crainte)
et je ne sais pas ce que c'est que de prendre des RTT ou être à 35h...
Je suppose que c'est en fonction des branches professionnelles?

Oscar a écrit:PS: j 'ai un catcat* et je me serais sûrement arrêté pour vous tirer de là :oops: :D

Attention, je n'ai pas dit que les français étaient incapables de se montrer solidaires avec leur prochain !
Mais, car il y a un mais bien sûr... il faut bien avouer que ce n'est plus un réflexe comme autrefois.
Je ne doute pas que tu nous aurais accueillies Axelle et moi à bord de ton catcat*, et nous t'en remercions vivement
( du coup on te note sur nos tablettes s'il doit y avoir une prochaine fois :D )
Ce que je trouve franchement triste c'est que sur une quinzaine de voitures, un seul de nos compatriotes ait accepté de le faire...

* Ecrit comme ça, catcat donne une autre idée de ces mégas pollueurs tant décriés !
pyreneesgascogne
jeune chien fou
 
Messages: 54
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:55

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede Pierre » Sam 14 Nov 2009 23:12

Il y a évidemment une composante culturelle qui explique une bonne part des différences de points de vue dans cette discussion. Responsabilité individuelle d'un côté, importance de la collectivité de l'autre.

Mais bon :
- D'un côté des pays avec des services publics réduits à l'essentiel, où chacun sait qu'il doit compter avant tout sur lui-même.
- De l'autre des pays avec des services publics très développés, sur lesquels tout le monde sait qu'il peut compter.

Sans se lancer dans la discussion de savoir lequel est le mieux (*), ce qui est important est que les règles soient claires. Ce qui est ennuyeux dans le genre d'histoire exposée c'est qu'on a l'impression qu'en France on ne sait plus très bien qui est on est : on a des services publics importants, mais bien souvent on ne sait plus si on peut vraiment compter sur eux. C'est là qu'il y a le problème.



(*) on a bien compris vos préférences
Pierre
Admin / Modo
 
Messages: 2350
Inscription: Jeu 3 Avr 2008 13:57

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede Oscar » Dim 15 Nov 2009 14:04

(*) on a bien compris vos préférences

Ne schématisons pas trop... :) Je paierais volontiers mes impôts pour des services publics qui fonctionnent vraiment. Là où le bât blesse c'est quand il faut payer des impôts et devoir en plus prendre des assurances personnelles pour le cas où les services publics ne fonctionneraient pas. En effet Pierre, on ne sait plus très bien où on est dans ce pays et donc en bonne logique et parce qu'il ne m'a pas été démontré que les services dits publics fonctionnaient mieux depuis qu'il étaient régionalisés, je ne serais pas hostile à leur diminution drastique, à leur recentralisation autour du domaine régalien de l 'état (on peut débattre du périmètre) et de la multplication à leur place de services privés dûment rétribués et réalisés par des entreprises responsables dont on pourrait mesurer les performances et que l'on pourrait éventuellemen remplacer ou sanctionner en cas de manquement. L 'administration en général excelle dans la surveillance et la sanction et est parfaitement nulle dans la réalisation....

@PG: l 'autre syndrome qui gagne du terrain chez nous c'est aussi tout bêtement la peur de l 'autre...Oui bien sûr je vous aurais secourues, mais me serais-je arrêté pour deux zivas encapuchonnés ??? Euh...Imagine qu 'ils s'en prennent à mon catcat :lol:
Oscar
 

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede Autochtone palois » Dim 15 Nov 2009 16:43

Oscar a écrit:Ne schématisons pas trop... :)

Oui, ne schématisons pas trop ! Sentence oscarienne qui s'applique parfaitement à l'affirmation suivante : ;)
oscar a écrit:L 'administration en général excelle dans la surveillance et la sanction et est parfaitement nulle dans la réalisation....

l'Adiministration excellerait dans la surveillance et la sanction ??? Peut-être, si on lui en donnait les moyens ! Exemples : répression des fraudes, évasion fiscale, TVA à 5,5% pour les restaurateurs, à Pau 4x4 garés n'importe où, de préférence sur les trottoirs, etc.

Ceux qui réclament de passer au privé certaines fonctions/services (au passage, je serais plutôt pour si...) sont les mêmes qui refusent la mise en place de contrôles sérieux et réduisent les effectifs dans les divers services de contrôle. Oscar, vous avez un position que je qualifierai d'idéologique.
Autochtone palois
Admin / Modo
 
Messages: 1186
Inscription: Jeu 3 Avr 2008 18:51

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede Oscar » Dim 15 Nov 2009 17:54

Vous ête peut-être fonctionnaire l 'autochtone ? Et pas idéologique du tout ? :D

Exemples : répression des fraudes, évasion fiscale, TVA à 5,5% pour les restaurateurs, à Pau 4x4 garés n'importe où, de préférence sur les trottoirs, etc.




Plutôt que de nous perdre sur ces quelques ponts-aux-ânes, et si vous voulez une illustration de mon point de vue idéologique si ça vous fait plaisir, mais que moi, je considère comme pragmatique et tiré de mon expérience de globe trotter:

Je préfère payer les péages des autoroutes privées où je bénéficie d'un excellent service en général et d'une sécurité augmentée, qu' utiliser des routes ou des autoroutes, sales, dangereuses mais publiques et gratuites et sans dispositif de secours adapté autres que ceux de la DDE (...)

Autre exemple: je préfère utiliser les services de DHL quand j 'ai un pli très important à faire porter d'urgence que ceux de la Poste-qui-doit-rester-publique-et-le-restera-c'est-promis

Je préfère Air France aujourd'hui à notre compagnie nationale d' avant que j 'avais fini par ne plus utiliser

J' ai fait mes études dans le public mais je recommanderai le privé à mes petits enfants.

Je préfère des banques qui dérapent et se rattrapent plutôt bin que le Crédit Lyonnais

Je préfère Total à Elf (...)

Je préfère les services publics français à ceux des USA.
Vous voyez...

Mais je préfèrais les services publics américains aux services soviétiques..Ca c' était véritablement idéologique, mais nous étions au20ème siècle!
Oscar
 

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede pyreneesgascogne » Dim 15 Nov 2009 19:09

Oscar a écrit:@PG: l 'autre syndrome qui gagne du terrain chez nous c'est aussi tout bêtement la peur de l 'autre...Oui bien sûr je vous aurais secourues, mais me serais-je arrêté pour deux zivas encapuchonnés ??? Euh...Imagine qu 'ils s'en prennent à mon catcat :lol:


La peur de l'autre a toujours existé Oscar.
Et puis des Zivas encapuchonnés, ça ne court pas la montagne non plus...
Par contre tu aurais peut-être eu peur de nos 2 chiens, là je ne dis pas :o

Car si on n'a rien à voir avec les Zivas, nos chiens sont de cette race tant prisée par les "Djeuns"
Eh oui, nous avons le plaisir de posséder deux splendides American Staffordshire Terrier...
(Dits aussi Amstaff et régulièrement confondus avec des Pit-Bull)
Le plus grand a 3 ans et demi, la petite 8 mois (mais elle est aussi balèze que le grand :D )
Ils sont absolument charmants, pas dominants ou agressifs pour deux ronds
mais les médias ont taillé un tel costard à cette race qu'à force même les nôtres terrifient tout le monde :(

C'est la peur de l'inconnu qui domine les gens, (pas dans le sens l'homme inconnu, dans le sens ce que l'on ne connait pas bien sûr).
C'est ce qui engendre le racisme, on a peur du vol de l'agression parce que ces gens ne sont pas comme nous, etc
Même chose pour l'homophobie, on a peur des maladies telles que le HIV etc.
Idem pour nos chiens, on ne va pas chercher à les connaître parce qu'à la TV ils disent que...

En réalité ces comportements ou raisonnements sont souvent le fruit de l'ignorance tout simplement...
pyreneesgascogne
jeune chien fou
 
Messages: 54
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:55

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede Oscar » Dim 15 Nov 2009 19:26

Ah, je comprends mieux chère PG. On finira par tout savoir !..Les gros balaises bien mouillés et à peine baveurs je les aurais plutôt mis derrière mon catcat que dedans, mais on aurait roulé doucement, promis. (au fait, rassure-toi, il pollue moins que la camionnette du facteur et j' évite de l 'utliser en ville) Et si c'était tout simplement ces gros chiens king-size qui inquiétaient (à peine) le quidam ?
Il se trouve que j 'ai une amie qui s'obstine à trimbaler partout 2 dogues de bordeaux très gentils et qui s'étonne de ne plus avoir de copains...
Là nous sommes dans le cas particulier, il me semble, non ?
Il faudrait d'ailleurs les entraîner façon rennes du PèreNo. Si, si ça existe mais pas dans cette marque.

Image
Oscar
 

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede pyreneesgascogne » Dim 15 Nov 2009 19:59

Oscar a écrit:Ah, je comprends mieux chère PG. On finira par tout savoir !..Les gros balaises bien mouillés et à peine baveurs je les aurais plutôt mis derrière mon catcat que dedans, mais on aurait roulé doucement, promis. (au fait, rassure-toi, il pollue moins que la camionnette du facteur et j' évite de l 'utliser en ville) Et si c'était tout simplement ces gros chiens king-size qui inquiétaient (à peine) le quidam ?
Il se trouve que j 'ai une amie qui s'obstine à trimbaler partout 2 dogues de bordeaux très gentils et qui s'étonne de ne plus avoir de copains...
Là nous sommes dans le cas particulier, il me semble, non ?
Il faudrait d'ailleurs les entraîner façon rennes du PèreNo. Si, si ça existe mais pas dans cette marque.
Image


D'abord nos chiens n'étaient pas mouillés (ils venaient de passer plus de 6h devant la cheminée des Ventas)
ensuite ils ne bavent pas ! Non mais... Comment a t'on fait?
C'est simple 2h d'éducation canine toutes les semaines, avec cours de bonnes manières en société :D

Tiens je te colle un lien où tu pourras les voir jouer dans le jardin.
C'était à l'arrivée de la petite, elle avait tout juste 3 mois...
http://www.youtube.com/watch?v=yxqnESw9PPk

Les comparer avec 2 dogues de Bordeaux me semble un tantinet excessif...
Niveau corpulence ça n'a rien à voir ! Je maintiens que les Staff font peur avant tout à cause de la Pub qui leur a été faite.
Pour presque preuve, en général, la 1ère phrase qu'on entend c'est :
"C'est des Pit-Bull ?" ou bien "Ils sont méchants les vôtres?"
Faut dire aussi que le moindre reportage porte sur les combats organisés par les Zivas...
pyreneesgascogne
jeune chien fou
 
Messages: 54
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:55

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede Autochtone palois » Dim 15 Nov 2009 20:09

Oscar, raté, je ne suis pas fonctionnaire. J'ai fait ma carrière hors du Béarn, dans une activité hautement concurrentielle, dans des multinationales.
Autochtone palois
Admin / Modo
 
Messages: 1186
Inscription: Jeu 3 Avr 2008 18:51

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede Oscar » Dim 15 Nov 2009 20:19

Ju tabé
Oscar
 

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede pyreneesgascogne » Dim 15 Nov 2009 20:27

Pour en revenir au service public après quelques digressions...

Je pense que la multiplication des administrations pour gérer la même chose est d'une bêtise sans nom !
Ça coûte plus cher et a pour conséquence de "perdre" l'usager dans des méandres qui n'en finissent pas...

Cela étant dit, le service public reste tout de même une bonne chose en soi.
C'est la gestion des différentes administrations qui est à déplorer pas le principe même.
Et puis il y a administration et administration, service public et service public...

Pour exemple, la Sécu a été une avancée formidable pour les français mais le peu de contrôles, la multiplication
des aides comme la CMU ont eu des conséquences déplorables.
Mais la sécu n'obéit à aucune règle de rendement financier au contraire de la Poste...

Si pour la Poste il serait bon d'ancrer un esprit plus compétitif par rapport aux sociétés privées genre UBS, on ne peut pas
en demander autant aux employés de la Sécu.
Pour les routes, si elles tombaient toutes dans le domaine privé accepterions nous de payer pour les emprunter?
J'en doute...

Je n'ai jamais volé avec Air Inter, mais à choisir entre Air France et la Qatar Airways, je choisis sans hésiter la Qatar !

Le Plus difficile dans le problème que nous avons rencontré dimanche dernier c'est de ne pas mettre dans le même sac
toutes les administrations du service public.
pyreneesgascogne
jeune chien fou
 
Messages: 54
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:55

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede Oscar » Dim 15 Nov 2009 21:46

Ce dont nous parlons ici c'est du monopole du service public. Il ne peut trouver en lui les moyens ni d' améliorer véritablement sa productivité, ni la qualité du servce qu 'il rend, tout simplement parce qu'il ne peut être comparé, mis en compétition. Il est assez extraordinaire de constater que l 'administration a fait d'importants progrès depuis qu 'elle a pris en compte l' Internet. Ses services en ligne sont souvent remarquables. Particulièrement à La Poste et aux Impôts... Il aura donc fallu remplacer l 'homme par la machine pour améliorer le service aux ...asujettis, aux redevables, aux usagers et autres jolis qualificatifs qui tiennent lieu de client ou de citoyen. Mais sur le plan humain, c'est un désastre.
Le monopole qu 'il soit privé ou public est une anomalie. Elle ne peut être corrigée momentanément que par l 'individu s'il est doté de conscience professionnelle et du sens du service public ou privé. Une ressource qui tend à se raréfier, il me semble.

* Pardon pour les chiens qui en effet ne sont pas aussi monstrueux que je le pensais. Je suis nul en chiens.
Oscar
 

Re: Quand service public rime avec péril...

Messagede pyreneesgascogne » Dim 15 Nov 2009 23:33

Oscar a écrit:Ce dont nous parlons ici c'est du monopole du service public. Il ne peut trouver en lui les moyens ni d' améliorer véritablement sa productivité, ni la qualité du service qu 'il rend, tout simplement parce qu'il ne peut être comparé, mis en compétition.

Faux, il pourrait être mis en compétition et ainsi être comparé à x et y , z sociétés privées.
Le problème vient à mon avis, (mais je peux me tromper), de l'importance donnée aux syndicats.
J'irais même jusqu'à dire que les syndicats d'aujourd'hui font tout en dépit du bon sens la plupart du temps...
Lorsque j'entends un syndiqué hurler à tue-tête "luttons contre l'esclavagisme" parce que son patron voudrait
qu'il bosse 39h au lieu de 35h, ça me hérisse le poil !

Les syndicats ont grandement contribué à donner des droits aux salariés, alors qu'ils n'avaient que des devoirs.
Ils ont permis plus de respect, moins d'abus, plus de partages (bénéfices/intéressement), la prise en considération
des métiers à forte pénibilité, plus d'équité hommes/femmes etc. et il n'est pas question de remettre en cause toutes ces avancés.

Ce que je déplore c'est qu'ils aient fait croire aux salariés (privé/public) que forcément tous les patrons s'en mettent plein les fouilles
sur leur dos. C'est sans doute vrai pour certains, mais je doute sincèrement qu'ils soient majoritaires.
Ce que je déplore c'est d'avoir mis dans la tête des salariés que tous ces droits devenaient un dû, sans rien avoir à donner en retour
et que ça marcherait "comme sur des roulettes" parce que les boss ne pourraient pas se passer d'eux.
On voit les délocalisations que ça a données !
Entre le taux horaire, les taxes et impôts,etc. la France est devenue hors de prix. :shock:
Évidemment je parle là de petites et moyennes entreprises, voire d'artisans indépendants qui ont moins de 10 salariés et qui
ne peuvent pas lutter face à des mastodontes pour lesquels il est moins difficile de mettre en place un tel dispositif (35h, RTT etc).
L'idée des 35h a été à mon avis une monumentale connerie, mais allez donc retirer aujourd'hui ce droit, impossible sans
déclencher grèves et pourparlers qui n'en finissent pas !
Et c'est là je n'arrive plus à suivre la logique des syndicats...
Comment peut-on dire à des salariés, il faut faire grève même si ça doit mener droit dans le mur? Je ne comprends pas....

Oscar a écrit:Il est assez extraordinaire de constater que l 'administration a fait d'importants progrès depuis qu 'elle a pris en compte l' Internet. Ses services en ligne sont souvent remarquables. Particulièrement à La Poste et aux Impôts... Mais sur le plan humain, c'est un désastre.
Sur le plan humain j'ai toujours eu d'excellents rapports avec les Impôts, par contre avec la Poste... hum...
On travaille avec eux très régulièrement pour les envois de commandes et très franchement l'accueil, le service, la rapidité d'exécution ou le respect des délais, sont souvent à pleurer ! (Mais soyons juste, ça dépend des bureaux)
Sur les services Internet, c'est vrai qu'ils sont excellents, l'un comme l'autre. Ça compense :mrgreen:
Oscar a écrit:Le monopole qu 'il soit privé ou public est une anomalie. Elle ne peut être corrigée momentanément que par l 'individu s'il est doté de conscience professionnelle et du sens du service public ou privé. Une ressource qui tend à se raréfier, il me semble.

C'est ce que j'expose plus haut. On donne beaucoup de droits aux salariés sans rien demander en retour, ce qui se traduit automatiquement par un disparition de la conscience professionnelle. Pourquoi en faire plus puisque ça ne changera rien?
Et quand conscience professionnelle il y a, le salarié en question est de suite mis à l'index par ses collègues qui ne supporte pas son fayotage.... donc il finira par se limiter au minimum syndical pour ne plus être exclu... c'est le chat qui se mort la queue.

Oscar a écrit:* Pardon pour les chiens qui en effet ne sont pas aussi monstrueux que je le pensais. Je suis nul en chiens.

Ah, enfin ! Sérieusement même s'ils peuvent impressionner, ils sont vraiment très très gentils.
pyreneesgascogne
jeune chien fou
 
Messages: 54
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:55

Précédente

Retourner vers Derrière les crêtes

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré

cron