Page 1 sur 1

Elan Béarnais: questions des Patous, réponses de la mairie

MessagePosté: Lun 30 Juin 2008 12:23
de Pierre
A la suite du sujet "Les comptes 2006/2007 de l'Elan Béarnais", les patous ont posé les questions suivantes sur le site de la mairie:
Bonjour,

ces dernières semaines nous avons lu beaucoup de choses sur la situation financière de l'Elan Béarnais, notamment concernant sa prochaine recapitalisation. Afin d'y voir plus clair, nous aimerions avoir les réponses aux questions suivantes:

1) Quelle est avant la recapitalisation la composition de l'actionnariat de la SEM (Société d'Economie Mixte) Elan Béarnais ? Quelle devrait-elle être après la recapitalisation ?

2) Quel est le montant annuel des subventions accordées par la ville de Pau à la SEM ? Même question pour la communauté d'agglomération (CDA).

3) Quel est le montant annuel des subventions accordées par la ville de Pau à l'association l'Elan Béarnais ? Même question pour la CDA.

4) Quel est le montant annuel des prestations (espaces publicitaires, etc...) achetées par la ville de Pau à la SEM Elan Béarnais ? Même question pour la CDA.

5) Combien la SEM Elan Béarnais verse-t'elle annuellement à la ville de Pau pour l'utilisation du Palais des Sports ?

6) Quels seraient les avantages et les inconvénients pour la ville d'une transformation de la SEM en SASP (Société Anonyme Sportive Professionnelle) ?

7) Et enfin, quels sont les principes d'actions qui sous-tendent le soutien financier de la ville de Pau à l'Elan Béarnais ? Qu'en attend la ville en retour ?
Les retombées positives pour la ville ont-elles déjà fait l'objet d'études (types de retombées, montants...) ? Si non, un audit en ce sens est-il prévu ?

Cordialement,


Et la mairie a répondu:
Bonjour,

En réponse à la série de questions posées le 20 juin concernant le financement public de l'Élan Béarnais, voici les informations suivantes : la composition de l'actionnariat de la SEM (Société d'Économie Mixte) Élan Béarnais avant recapitalisation est la suivante : le capital social s'élève à 952 806 €. La Ville de Pau en détient 25,79%, l'Association sportive 25,79 % et les actionnaires privés, 48,42 %.
Il est encore trop tôt pour définir la composition de l'actionnariat après recapitalisation.
Le montant annuel des subventions et des prestations apportées à la SEM par la Ville de Pau et la Communauté d'agglomération dépasse le million d'euros. La seule subvention apportée par la Ville est de 300 000 €. Aucune subvention n'est versée, ni par la Ville ni par la Communauté d'agglomération à l'Association l'Elan Béarnais.
Pour la saison 2006 / 2007, la SEM Elan Béarnais a versé 140 084 € à la Ville de Pau pour l'utilisation du Palais des Sports.

Entre SEM et SASP, la réponse est claire : au début des années 90, le législateur a décidé que, face à l'évolution du sport pro, les SASP constituaient l'avenir.
Les SEM sont des survivances qui donnent aux collectivités locales du pouvoir sur la gestion des clubs.
Est-ce leur rôle?
Je ne le crois pas!
L'avenir de l'Elan passe donc par la SASP.
Ce passage s'effectuera quand la ville pourra se retirer du capital, sans perte financière pour elle.

Aujourd'hui, l'Elan Béarnais est en SEM et la Ville est donc encore solidaire de la gestion du club. Cependant, ceci n'est pas une raison suffisante pour recapitaliser le club. Le projet de Claude Bergeaud nous a séduit car il correspond à un retour aux sources de l'Elan : l'ancrage dans le territoire et l'animation dans la ville.
Par ailleurs, nous avons demandé un engagement des partenaires privés équivalent à celui des collectivités publiques.
Nous n'avons pas encore, à ce jour, une visibilité nationale de la notoriété de l'Elan et nous envisageons d'en faire la mesure. D'expérience, lorsque je prends un taxi à Paris et que je dis que je suis de Pau, on me cite souvent l'Elan Béarnais.

Bien à vous,

Martine Lignières-Cassou
Députée-Maire


http://www.pau.fr/question/index.php?ac ... 620_102451

Re: Elan Béarnais: questions des Patous, réponses de la mairie

MessagePosté: Lun 30 Juin 2008 12:48
de Pierre
Mes commentaires:

Sur la forme, la mairie semble bien jouer le jeu des questions/réponses avec cette nouvelle formule des "e-ateliers". MLC a répondu assez précisément sur la plupart des points sans éluder. Il y a quelques mois ce genre de questions étaient zappé car jugée "trop compliqué à traiter dans le cadre du forum de la ville" (SIC!). Souhaitons évidemment que ce nouvel état d'esprit perdure. Un bon point à donner à mon avis :lol: ...

Sur le fond de l'Elan Béarnais, maintenant:

On a donc la confirmation que l'association sportive l'Elan Béarnais détient 25,79% du capital de la SEM l'Elan Béarnais, et que par ailleurs cette association ne reçoit pas de subvention de la ville. On peut se demander quand même avec quelles ressources une association peut arriver à détenir 250 000€ de participation dans une SEM ?

La SEM reçoit annuellement en subventions directes ou indirectes (les fameuses "prestations") plus de 1 millions d'euros de la ville et de la CDA. C'est une somme conséquente, pour ne pas dire plus. Cette année, s'y ajouteront donc les 300 000€ apportés par la ville pour la recapitalisation. Ces sommes sont-elles bien raisonnables ?

Ce qui est plus satisfaisant, c'est l'affirmation par MLC que la collectivité n'a pas vocation à rester indéfiniment dans le capital de la SEM, qui devra être transformée en SASP. Ce qui est moins satisfaisant, c'est qu'aucune échéance précise n'est fixée pour cette sortie du capital. Car si ça doit se faire "sans perte financière pour la ville", il est probable que cette situation n'arrive jamais !

Elle s'engage également à faire étudier la notoriété de l'Elan: c'est bien, mais ce n'est pas un audit complet des retombées.


Globablement une réponse que j'estime aller dans le bon sens sur ce dossier, mais à suivre sur le montant total des subventions et sur la transformation souhaitable en SASP.

Re: Elan Béarnais: questions des Patous, réponses de la mairie

MessagePosté: Lun 30 Juin 2008 14:59
de jerlau
MLC fait une réponse argumentée et c'est bien. Si son argumentaie tient, on ne peut que subventionner

Mais tient-il, cet argumentaire ? MLC écrit :

"Le projet de Claude Bergeaud nous a séduit car il correspond à un retour aux sources de l'Elan : l'ancrage dans le territoire et l'animation dans la ville."

C'est là que la municipalité devrait approfondir sa réflexion. L'étude de notoriété de L'élan béarnais n'a pas beaucoup de sens. Par contre il y a une question de base :

Cette vision municipale du sport professionnel est-elle en phase avec le monde actuel ? On peut faire un autre constat.


"Ancrage dans le territoire et animation dans la ville" : c'est une vision du passé ( 50 ans ). C'était l'époque où la distraction n'était que dans la ville. On n'allait pas tous les jours à "Bedous". On allait à la Croix du Prince entre autres. L'industrie locale et le politique locale finançait la distraction dominicale. C'était l'époque des comités de fêtes.

Aujour'hui une équipe professionnelle de valeur n'est plus un représentant fondamental de la cité. Ses joueurs ne font que passer. C'est une industrie et un commerce comme il en existe bien d'autres à Pau. C'est une entreprise de spectacle avec des règles de fonctionnement qui ne sont plus celles du patronage.

Associer le nom d'une petite ville comme Pau à un club peut même être dommageable pour les finances du club. Et c'est le cas de l'Elan Béarnais issu d'un historique de patronage : budget de 4 millions d'euros,nano budget par rapport à des clubs comme Barcelone. Comment peut-on trouver dans la formule annoncée de l'Elan un attrait aussi important que celui produit à la télé par les SPURS ou les LAKERS ou autres ?

L'Elan Béarnais doit être en fait un vecteur de communication. L'associer étroitement à Pau, c'est limiter son potentiel de communication et donc limiter son budget. La ville peut-elle payer 10 millions d'Euros chaque année ? Non.

Donc il faut voir ce club comme un caisse enregistreuse de recettes publicitaires. L'usine c'est le terrain de basket et ses joueurs. Les publicitaires c'est les clients. Ce club aura peut-être alors 10 ME de recettes publicitaires et il sera attractif au dela de la cité.

De grands clubs dans d'autres sports ont fait cette démarche. En rugby, les WASP, les Crusaders, les Warrath, les Sharks, ... Vous savez où ils sont ? Ce sont des vecteurs publicitaires de marques internationales : des banques, des voitures, des assurances.... Les budgets ne sont plus locaux. Quand les crusaders font un match, il est télévisé, la pub est mondiale... L'équipe ne sert pas à vendre des kilos de fromage de brebis !

C'est la démarche que doit mener l'Elan; Bergeaud doit profiter de son aura et ne pas le limiter à quelques subventions muncipales paloises. Sinon cela sera toujours un éternel recommencement.

Quelles sont les valeurs véhiculées par le basket ? Quels sont les produits qui auraient intérets à être véhiculés par le basket et ses valeurs ? Qui sont les annonceurs qui auraient intérêt à commercialiser leur image à travers le basket ? Quel est le positionnement de l'Elan ? Ne faut-il pas changer de nom ? Pau-Lacq-Orthez est-ce vendeur ?

C'est ce genre de réflexion qu'il faudrait que l'Elan fasse. Que la ville y apporte son soutien pour faire l'étude, mais qu'ensuite la ville en sorte. C'est pas son métier.

Et le basket a alors pleins de sponsors possibles. il y a des valeurs : adresses, forces, organisation, vitesse, stratégies.....De grands sponsors sont intéressés par ces valeurs ; assurances, compagnie d'aviation, industries alimentaires, .. Mais que peut vendre L'Elan Béarnais pau-Lacq-Orhez face aux Crusaders ? Il faut peut-être revoir le positionnement de base.


Si la ville se contente chaque année de mettre 1,3 ME dans le club sans faire cette démarche de fond, les 1,3 ME paseront rapidement à 2 ou 3 ME pour un triste résultat et Bergeaud y perdra son aura.

Re: Elan Béarnais: questions des Patous, réponses de la mairie

MessagePosté: Lun 8 Déc 2008 22:23
de jerlau
J'ai vu cette semaine dans l'Equipe que l'Elan avait encaissé sa dixième défaite d'affilée. On avait écrit le texte ci-dessus e 30 juin 2008. 6 mois après on ne peut faire que le même constat. Les contraintes du basket pro ne sont pas compatibles avec une approche patronage.

Il est certain que Claude Bergeaud n'a rien à se reprocher et qu'il n'y a rien à reprocher à qui que ce soit. Le projet n'était simplement pas en phase avec le contexte. Y aura -t il un miracle d'ici la fin de la saison ? Possible. C'est le propre du sport. Mais cela ne serait que reculer. Il n'y a pas une vierge qui infante tous les ans !

En fait on a toujours beaucoup de mal à définir un problème. C'est plus dur de définir le problème que de trouver la solution.

Exemple : lé thèorème de Pythagor. Essayez de le démontrer. Tracez un triangle rectangle et démontrez que a2+b2 = c2.
C'est pas évident. Il faut faire plein de choses. pour le démontrer.

Posez ensuite le problème en disant qu'un carré de jardin est égal à 2 carrés de jardin et trouvez ces 2 carrés. C'est la même chose. La solution est presque évidente.

Dans un cas on est resté empêtré dans le problème posé. Dans le deuxième cas on s'est intéressé à l'origine du problème. On en est sorti et c'est toujours un effort gigantesque !

Pythaogore était jardinier, c'est pour cela qu'il a trouvé.

MLC sera-t-elle jardinière ?

Re: Elan Béarnais: questions des Patous, réponses de la mairie

MessagePosté: Mar 9 Déc 2008 13:58
de Perplexe
Puisqu'on parle du théorème de Pythagore, connaissez-vous la démonstration d'Henry Périgal ,
tellement fier qu'il l'a faite graver sur sa tombe:
http://www.apprendre-en-ligne.net/blog/ ... ry-perigal
Il faisait des mathématiques en amateur, MLC fait du bénévolat à la mairie,
c'est un point commun, tous les espoirs sont donc permis!

Re: Elan Béarnais: questions des Patous, réponses de la mairie

MessagePosté: Mar 9 Déc 2008 14:58
de jerlau
je ne connaissais pas la démonstration de Périgal. En tout cas c'est un beau panier. Mais c'est une démonstration de jardinier capitaliste. Il avait un grand jardin !

Peut-être que dans 110 ans on refera les comptes des paniers percés de l'Elan ?

Patronage ou centre commercial

MessagePosté: Sam 20 Déc 2008 11:02
de patronage
Le sport de haut niveau s'étiole à Pau : Basket en berne, foot en foutaise, rugby en route pour la survie ?

La Mairie dit "on ne laisse tomber personne" et c'est honorable. Mais n'est ce pas le moment d'ouvrir largement le débat ? Tous les points de vue sont estimables. Depuis le "tout mairie" jusqu'au "tout commercial". La cité a investi dans le béton " pelote", dans le béton "kayak", et on ne peut guère s'étonner que les "coureurs" aient quelques boulets au pied !

La Mairie nous dit "on va les tenir à bout de bras" mais il faut qu'ils s'impliquent dans la cité. Mais n'est ce pas leur jouer un mauvais tour ? Le sport de haut-niveau est devenu un spectacle. un Président de club est un producteur de spectacle. Il y a des recettes de diverses ordres. Le sponsor a pour objectif d'étendre son domaine de ventes. Si les joueurs s'impliquent dans des activités extra sportives, c'est dans des activités qui profitent aux sponsors. Il est normal que si la ville sponsorise, elle exige que les joueur s'impliquent dans la ville. Mais n'est ce pas là réduire la qualité du sport de haut niveau. Même si la ville dépense 4 millions d'euros par an pour le sport collectif, cela sera très peu pour les clubs sportifs, vu les budgets actuels du foot, du rugby, du basket. Au total il leut faut au moins un budget total de 30 millions d'euros par an.

Ce n'est plus du patronage.

Or 30 millions d'euros sur une agglo qui ne fait que 150 000 habitants, c'est environ 1000 Euros par famille par an. Les ressources doivent être multiples, le spectacle doit faire vendre. Cela demande une approche très commerciale.

C'est ce genre de débat qu'il faudrait ouvrir, faire partager par les citoyens les problèmes qui se posent. Le spectacle sportife de haut niveau est une acivité industrielle et commerciale. Faire venir 20 000 personnes dans un lieu donné, et ne lui faire voir que le match, c'est peut-être trop peu, au sens de l'exploitation commerciale. L'approche peut conduire à se poser des questions sur l'emplacement des stades.

Il ne serait pas déhonorant que la Mairie pose la question aux citoyens. il y a 50 / 60 ans les clubs sportifs profitaient aux industriels et commerçants locaux, aujourd'hui l'activité principale a changé de main. il faut changer d'état d'esprit sportif peut-être.

On ouvre le débat ?