Page 1 sur 1

L'édifiant projet de la Miséricorde / ESAC

MessagePosté: Dim 18 Juil 2010 14:36
de Pierre
Semblant avoir été conçu pour concentrer et illustrer toutes les tares historiques de la gestion municipale paloise (si vous n'avez pas suivi cette histoire jusqu'à maintenant, vous pouvez commencer par parcourir les discussions en cours sur le forum (1)).

"Faire parler de Pau" (sic), c'est la seule démarche revendiquée pour justifier l'esthétique, comment dire, euh... étonnante, de ce projet. On va parler de Pau, certainement. On a beaucoup parlé aussi de l'équipe de France de foot depuis un mois et demi, mais pas sûr que ça ait été très positif.

Le coût excessif : 10,4 millions d'euros TTC pour une capacité de 150 étudiants à terme. Pour à peu près la même somme, L'EISTI (école d'ingénieurs privée en informatique, installée à Pau) va faire construire ses nouveaux locaux, mais pour une capacité de 350 étudiants. La ville de Pau dépense donc pour "son" école environ 2 fois plus (2 fois trop ?) par étudiant : une vieille habitude...

La méthode : les palois n'ont découvert le projet qu'une fois celui-ci voté par le conseil municipal. Aucune présentation préalable, aucune consultation, aucune tentative de partage de la démarche. Le fait du Prince. Pour un projet aussi détonnant, c'est un peu fort. On pensait -on espérait- en avoir fini avec ce genre de méthodes à Pau...

Bref, un projet remarquable, mais surtout pour ce qu'il révèle.

(1)
- Nouveaux locaux de l'ESAC : viewtopic.php?f=31&t=1047
- Alter-concours de désarchitecture pour la Miséricorde / ESAC : viewtopic.php?f=38&t=1049
- Ecole Supérieure des Arts et de la Communication : viewtopic.php?f=36&t=423

Re: L'édifiant projet de la Miséricorde / ESAC

MessagePosté: Jeu 26 Aoû 2010 11:47
de Summer
Déjà demandé sur un autre forum... :

"Quelqu’un sur ce forum, pourrait-il nous dire :

1) quel est le classement de l'École Supérieure des Arts et de la Communication (ESAC) : notoriété en France et en Europe par rapport à d’autres Écoles offrant plus ou moins le même type de formation ?

2) la qualité et formation des professeurs de l’ESAC (Mode et critères de recrutement) ?

Existe t’il une évaluation permanente de la qualité du système de formation de l’ESAC ?

3) la valeur du ou des diplômes délivrés par l’ESAC ?

4) la durée de recherche d’emploi et le taux de placement des élèves de l’ESAC (élèves ayant trouvé un emploi + localisation géographique où se trouve la plupart des emplois trouvés ?) ainsi que la fourchette de salaire proposée à ses étudiants à la sortie de cette École ?

En bref et entre autres, l’efficience ("si les résultats obtenus l’ont été au moindre coût"), la cohérence du système ("adéquation entre - des décisions ou éléments internes au système de formation (objectifs, moyens, structures, méthodes, gestion...) et - le système de formation et les autres éléments de l’organisation ou le contexte social"), etc..."

Re: L'édifiant projet de la Miséricorde / ESAC

MessagePosté: Jeu 26 Aoû 2010 12:00
de Autochtone palois
Summer, voici le dossier de presse sur l'accord signé entre la ville de Pau et celle de Tarbes concernant l'ESAC, "établissement municipal en régie directe" (page 7) autorisé, depuis 2006, à délivrer certains diplômes (DNAP, etc.).

Re: L'édifiant projet de la Miséricorde / ESAC

MessagePosté: Jeu 26 Aoû 2010 16:11
de summer
Autochtone palois a écrit:Summer, voici le dossier de presse sur l'accord signé entre la ville de Pau et celle de Tarbes concernant l'ESAC, "établissement municipal en régie directe" (page 7) autorisé, depuis 2006, à délivrer certains diplômes (DNAP, etc.).


Merci pour ce "Dossier de presse" qui est très généraliste.

"Les villes de Pau et de Tarbes ont décidé de créer un EPCC d'enseignement supérieur artistique interrégional.." : est-ce que ces synergies font de cet accord un projet viable et crédible au niveau national comme international... (Europe principalement) ?

"L'ESAC de Pau est actuellement un établissement municipal en régie directe" : est-ce qu'il existe un rapport annuel et/ou rapport d'audit annuel (avec conclusions, recommandations et suivi... des recommandations, si ce type de documents existent...) du fonctionnement de cette école, rapports et/ou audits depuis la création de cette école, consultables quelque part dans cette ville ?

En bref, j'attends encore des réponses sur la notoriété et le fonctionnement de cette école dont la continuité de l'existence est partiellement au frais du... contribuable.

Re: L'édifiant projet de la Miséricorde / ESAC

MessagePosté: Jeu 26 Aoû 2010 20:05
de Pigeon Club Palois
Summer a écrit:Déjà demandé sur un autre forum... :

"Quelqu’un sur ce forum, pourrait-il nous dire :

1) quel est le classement de l'École Supérieure des Arts et de la Communication (ESAC) : notoriété en France et en Europe par rapport à d’autres Écoles offrant plus ou moins le même type de formation ?


3) la valeur du ou des diplômes délivrés par l’ESAC ?



L'Etudiant a réalisé un classement des écoles d'art:

http://www.letudiant.fr/etudes/ecoles-s ... 10377.html

Re: L'édifiant projet de la Miséricorde / ESAC

MessagePosté: Sam 28 Aoû 2010 23:33
de Autochtone palois
Un projet qui fait jaser dans le monde du patrimoine religieux ... C'est le but, non ? voir le blog "Patrimoine"

Re: L'édifiant projet de la Miséricorde / ESAC

MessagePosté: Jeu 13 Jan 2011 19:39
de Tederic
Aujourd'hui à l'émission d'architecture de France Culture, Roland Castro* était invité.
Il a rapporté que Pierre Mauroy avait choisi Rem Koolhaas pour construire à Euralille - Koolhaas a construit la tour emblématique d'Euralille - bien qu'il ne l'ait pas trouvé sympathique, "mais on est rentré dans la modernité avec lui".

Ne serait-ce pas là la démarche de l'équipe municipale paloise : faire parler de Pau, donner l'impression qu'on est à l'avant-garde... Et pour cela passer commande à des agences supposées prestigieuses, chères bien sûr, de préférence parisiennes avec un bureau à Dubai - je fais allusion à la commande du logo PPP ; c'est une signature, un standing mondial, qui sont achetés, plus qu'un projet adapté aux besoins de la ville.
Le paraître l'emporte sur l'être. On peut appeler ça de la frime. Ou "péter plus haut que son cul" ? Ou un provincialisme snob : on se sous-estime soi-même, et sur-estime "la capitale" : là-bas sont les vrais talents, mais ceux qui à Pau savent les reconnaître et en faire profiter les Pauvres Palois sont au moins des passeurs de talents.
Si c'est ça, c'est grave.
Mais ce n'est sans doute pas spécifique à Pau.

*Roland Castro, architecte et urbaniste, déteste l'architecte Koolhaas et le dit. Je sens qu'il pourrait ne pas avoir tort. Cela me donne envie d'aller voir les réalisations de Castro.