Page 1 sur 1

Qui sont les Patous Palois ?

MessagePosté: Mar 20 Mai 2008 12:20
de Pierre
Les patous ça peut être ça :
Les patous parlent aux brebis... Je répète, les patous parlent aux brebis. Le greuil est dans le moule... Je répète: le greuil est dans le moule. La bergère fait un fromage... Je répète, la bergère fait un fromage...
Après les élections du 17 mars 2008 qui ont vu la victoire de la liste de Martine Lignières-Cassou, nous, les Patous palois, avons décidé d'entrer en veille active, à l'image de nos cousins pyrénéens.

Si vous avez voté pour Martine la candidate démocratique et participative, vous n'aurez peut-être pas envie pour autant de lui accorder un chèque en blanc. Si vous avez voté contre Martine-la-Rouge, vous aurez certainement à coeur d'empêcher les chars soviétiques d'atteindre la place Clemenceau.

Dans les deux cas, les Patous palois sont là. Car dans les deux cas, ce mandat marque le début d'une nouvelle ère pour notre ville, après l'ère André Labarrère (oublions l'épilogue Yves Uriéta). Nouveau souffle espéré, nouvelles pratiques annoncées... Mais le chantier s'annonce vaste pour remettre Pau sur de bons rails: des nids de poule aux relations avec nos voisins de la CDA, d'Aragon, d'Oloron ou de Bigorre. Première question pratique et futile : notre maire gardera-t-elle la voiture de fonction d'Yves Uriéta, la 607 Peugeot - blindée, parait-t-il - qu'il s'était offerte à nos frais il y a un an à peine ? Et combien d'autres questions bien moins anecdotiques ! Fini l'autocratisme, fini le clientélisme ? C'est promis ! Bien, nous verrons nous-mêmes.

Parce ce que l'expérience montre que si on ne doit pas accorder une confiance aveugle à une majorité municipale pour décider de tout pour nous, on ne peut pas non plus en accorder à son opposition pour défendre des valeurs qui sont pas forcément les siennes. Et parce que la liberté d'expression passe par la multiplication des lieux d'expression. Au delà des aboiements, les Patous veulent que ce lieu d'expression "citoyen" porte des idées et formule des propositions pour que l'herbe des estives soit plus verte et le fromage soit des meilleurs.


Pour nous contacter : c o n t a c t @ l e s p a t o u s p a l o i s . f r

...ou encore ça :
Les PATOUS PALOIS : Pour plus de Vie

Des Patous ? Nous sommes à Pau ! Et il y a des Ours plein la Ville et dans la Région. Des Patous ? Il y a pas mieux. Selon la Buvette des Alpages :

http://www.buvettedesalpages.be/2006/04 ... ectio.html

Avant les Patous on enregistrait 331 pertes par an sur un total de 27 480 brebis, essentiellement dûes, soit dit en passant, aux attaques des chiens errants.

Les ours, eux, n'étant reconnus responsables que de la perte de 5 à 10 brebis par an. Après la mise en place des patous, on est passé de 331 disparitions à 27, soit 304 brebis sauvées chaque année. On a ainsi calculé qu'un éleveur possédant un troupeau de 320 brebis, passant l'été sur les estives, économisait 1 221 euros par an grâce aux chiens.


Donc les Patous sont utiles. Et les Patous Palois ? Y aurait-il des prédateurs, des chiens errants, des ours à Pau ? Bien sur, comme partout il y en a partout. Lisez la Presse, Ecoutez, !

Il faut reconnaitre en effet que l'Animal Politique se transforme quelques fois, peu souvent mais trop souvent, en véritable prédateur. Pourtant au début, écoutez son discours, il est plein de bonnes intentions, cet animal politique, Et bien des fois ensuite tout dérive. C'est comme l'Ours alléché par l'odeur de quelques brebis, cela lui donne envie de faire bombance. L'Animal Politique sent l'écu ! La Brebis a intérêt à garder les siens.

L'Animal Politique est comme l'Ours. Pas de Patous à l'horizon, il descend dans l'alpage et fait quelques ravages. Ces dernières années, Pau n'a pas été la dernière à payer sa dîme à l'Ours Politique. Le béton a eu raison de son centre-ville, le Fipau l'a fait voyager, les fibres optiques ont "allumé ses sous-sols à défaut d'éclairer le futur. Bien souvent l'évidence était criante. Il aurait fallu appeler les Patous et rentrer les écus au bercail, mais trop tard. Rappelez vous les Médiathèques, les Zénith. Imaginez vous tout cela en bas à la gare dans ces 60 hectares « centre-ville », Pau serait une bergerie extraodinaire. De quoi soigner la bergère !

Quelques palois, on les compte sur les doigts d'une main, ont décidé de lancer Le Patou Club Palois !

Pourquoi ? Pour aider les politiques à rester dans les hauteurs dignes des Ours ! Pour donner aux bergers et bergères les moyens de proposer leurs idées, en les décortiquant. Pour proposer aux animaux politiques des projets qui ne consistent à « bouffer de la bergère ». La Transparence, n’est pas notre vocation. Mais qu’on trouve un Ours caché derrière un buisson prêt à faire un mauvais coup et on lui fera sa fête. Par contre on mettra un grelot à chaque Ours pour savoir où il est !

Regardez aujourd’hui notre ville ! Un désastre en centre-ville. Mais là entre autres, sous nos yeux 60 hectares libres pour faire revivre notre centre-ville, redonner une activité, une Gare pour faire vivre notre Métropole au sein du Béarn. Des alpages d’idées partout pour nourrir nos « ours » pour le plus grand profit des bergers et des bergères de notre bonne ville. Organisons nous pour cela, construisons nos moyens de communication dans ce but.

Voilà le sens du combat des Patous Palois : Respirons fort, soufflons le vrai et même le faux, proposons des projets à nos animaux politiques et validons tous les projets avec tous les Ours et tous les Bergers et Bergères de la Cité .

Un Combat de Patous pour plus de Vie : rejoignez les Patou Palois !